Centre de ressources sur les bilans de gaz à effet de serre
ADEME
Réduire la taille du texte Agrandir la taille du texte
Ville de Nancy
Grand Est -  54000 - Nancy
   
Type : Collectivité territoriale (dont EPCI)
Type de collectivité : Communes
Nombre d'agents 1717
Population : 104286

La hauteur des barres représente la part des émissions de chaque catégorie déclarée par l'organisation :

0%
1
78.2
2
6.4
3
0
4
0.4
5
0
6
9.7
7
5.3
8
nc
9
nc
10
nc
11
nc
12
nc
13
nc
14
nc
15
nc
16
nc
17
nc
18
nc
19
nc
20
nc
21
nc
22
nc
23
nc

nc = non communiqué

Scope 1

  • 1. Emissions directes des sources fixes de combustion
  • 2. Emissions directes des sources mobiles à moteur thermique
  • 3. Emissions directes des procédés hors énergie
  • 4. Emissions directes fugitives
  • 5. Emissions issues de la biomasse (sols et forêts)

Scope 2

  • 6. Emissions indirectes liées à la consommation d'électricité
  • 7. Emissions indirectes liées à la consommation de vapeur, chaleur ou froid

Scope 3 calculé

Scope 3 non calculé

  • 8. Emissions liées à l'énergie non incluse dans les catégories « émissions directes de GES » et « émissions de GES à énergie indirectes »
  • 9. Achats de produits ou services
  • 10. Immobilisations de biens
  • 11. Déchets
  • 12. Transport de marchandise amont
  • 13. Déplacements professionnels
  • 14. Actifs en leasing amont
  • 15. Investissements
  • 16. Transport de visiteurs et de clients
  • 17. Transport de marchandise aval
  • 18. Utilisation des produits vendus
  • 19. Fin de vie des produits vendus
  • 20. Franchise aval
  • 21. Leasing aval
  • 22. Déplacements domicile travail
  • 23. Autres émissions indirectes

Le volume de réduction attendu pour les scopes 1 et 2 est de 350.0 tCO2e

Le chauffage des bâtiments, qui implique les postes 1 et 7, génère plus de 80 % du total des émissions diagnostiquées. Il est donc logique et stratégique que la ville de Nancy se concentre en majeure partie sur ces postes pour réaliser son plan d’actions. La ville a néanmoins fait le choix de ne pas négliger les autres postes qui peuvent devenir des postes clés dans la lutte contre les émissions des gaz à effet de serre.

Comme les postes 1 et 7 agissent comme des vases communicants (les émissions évitées du poste 1 se retrouvent automatiquement basculées sur le poste 7, mais de façon bien moins importante), le poste 7 sera donc absent dans cette liste des actions envisagées (tout comme les postes 3 et 5 qui ne sont pas concernés par le bilan de la ville de Nancy).

Concernant le poste 1 :

Plusieurs projets sont d’ores et déjà fixés et ils concernent plusieurs équipements de la ville de Nancy.

Tout d’abord, le fioul domestique, comme expliqué plus haut, a un très mauvais rapport « efficacité énergétique / émissions générées ». C’est pourquoi la ville a pour projet d’éradiquer son utilisation dans ses équipements. Pour contribuer à cela, la M.J.C. Philippe Desforges et le bâtiment 8 rue Baron Louis vont voir leurs chaudières au fioul domestique être renouvelées par des chaudières gaz à condensation et ce, dès l’été 2020. De même pour la salle Raugraff, qui a planifié ce projet pour courant 2021. Avec un facteur d’émissions de 0,205 kgCO2e/kWh bien plus avantageux que celui du fioul domestique, qui est de 0,324 kgCO2e/kWh, l’action risque d’avoir un impact fort positif pour le bilan des gaz à effet de serre.

Dans la même optique de limiter les émissions liées au chauffage de ses équipements, la Ville de Nancy va continuer sa politique de raccordement de ses bâtiments au réseau de chaleur urbain . De nombreux équipements sont concernés. Quatre dont le projet est déjà fixé : l’école maternelle des Tiercelins, le groupe scolaire du Placieux dans le cadre de son projet d’éco-école, l’école primaire Jules Ferry (y compris le restaurant scolaire et la salle de sport) et le gymnase Bazin. En ce qui concerne la M.J.C. du Haut du Lièvre, le gymnase Frédéric Chopin et la bibliothèque Stanislas, cette idée est toujours au stade d’étude de faisabilité. Avec un facteur d’émissions de 0,084 kgCO2e/kWh bien plus avantageux que celui du gaz qui est de 0,205 kgCO2e/kWh, l’action risque d’avoir un impact fort positif pour le bilan des gaz à effet de serre.

Dans la continuité, une autre action décidée par la ville de Nancy est la mise en place d’un marché global de performance courant 2019. Cela comprend la rénovation de chaudières de onze de ses équipements les plus émetteurs, pour passer à des chaudières à condensation qui sont plus performantes énergétiquement parlant. Cette action s’étale sur deux ans, à savoir les années 2020 et 2021. Le marché comprend également des travaux d’isolation concernant 12 équipements les plus consommateurs.

Concernant le poste 2 :

Dans le but de diminuer ses émissions de gaz à effet de serre concernant les sources mobiles à moteur thermique, la ville a conclu un marché de renouvellement de la flotte de tous ses véhicules légers. Dans ce cadre, en 2025, 100 % des véhicules légers municipaux seront à énergie propre. Cette action va très largement diminuer les émissions du poste 2, mais va augmenter les émissions (à moindre mesure), du poste 6. C’est pour cela qu’un projet de mise en place d’un système de séparation des consommations électriques du parc automobile et des bâtiments est d’ores et déjà acté. Cela va permettre de suivre pointilleusement les consommations d’électricité des sources mobiles.

De plus, la ville mène sans relâche une politique d’encouragement des déplacements en modes alternatifs à la voiture (transport en commun, vélo, marche à pied…).

Ces deux actions combinées ont pour but de réduire largement les émissions de gaz à effet de serre liées au poste 2.

Concernant le poste 4 :

Peu de possibilités s’offrent à la ville pour contrer les émissions liés aux fuites de gaz frigorigènes, si ce n’est de suivre précisément chaque équipement producteur de froid. C’est pourquoi, un suivi des fuites de gaz frigorigènes et l’entretien de ce type d’équipement est nécessaire pour limiter les émissions. La ville va œuvrer dans ce sens. Cependant, comme les émissions de gaz à effets de serre liées au poste 4 n’occupent qu’un faible pourcentage du total des émissions de la mairie de Nancy, l’impact lié à ses actions sera limité.

 

La Ville de Nancy est une collectivité territoriale qui administre la commune de Nancy en région Grand Est.

Elle comporte 1717 agents qui oeuvrent à la qualité de vie d'environ 105 000 habitants.

Elle est la ville centre d’une métropole composée de 20 communes avec un bassin de population de près de 250 000 habitants.

Engagée dans le développement durable depuis de nombreuses années, la Ville de Nancy a établi en 2018 sa feuille de route Transition Écologique "Nancy 2030" en étroite collaboration avec l'université de Lorraine et en sollicitant les contributions des citoyens nancéiens afin d'atteindre dès 2030, 30 objectifs ambitieux, en cohérence avec la Statégie Nationale Bas Carbone fixée par l'État. Dans ce cadre, une première phase triennale de 90 actions à déployer sur la période 2019/2021 est en cours et la co-construction du prochain plan triennal permettra de requestionner les objectifs Nancy 2030 pour évaluer où la ville se situe par rapport à ses objectifs et évaluer quelle contribution et à allouer aux actions réalisées jusqu'alors. Cela permet à l'organisation de rester agile pour mener à bien son projet écologique. 

La revue de tous les équipements émetteurs (concernant le scope 1) que possède ou gère la ville de Nancy a été réalisé et les émissions ont été calculées suivant la méthodologie préconisée par l'ADEME. 

 

 

Responsable du suivi Séverine Husson 
Fonction Chargée de Mission Transition Écologique
Courriel Severine.Husson@mairie-nancy.fr
* Champs obligatoires
31055 membres inscrits
2970 facteurs d'émissions validés
2923 bilans GES publiés
18 guides sectoriels